VDI Cosmétique bio fait maison

Virginie

VDI Produit de beauté, vente à domicile produit entretien fait maison

Virginie

devenir distributeur cosmétique bio, vente à domicile cosmétique bio, conseil beauté, conseillère de vente produit cosmétique, produit entretien fait maison

Marion

produits naturels et économiques

L’activité de conseillère / VDI de produits cosmétiques et d’entretien Élixir d’Essences

Vous avez déjà accueilli un atelier Élixir d’Essences à la maison ? Vous êtes complètement convaincu par la cosmétique « Bio’Logique » et l’opportunité de réaliser en autonomie la plupart de vos produits de beauté et d’entretien ? Vous avez envie de partager votre enthousiasme et de travailler à votre rythme ?

Pourquoi ne pas devenir conseillère de vente Élixir d’Essences en VDI ?

Une activité enrichissante qui vous permettra de gérer à votre rythme votre temps de travail en développant une marque innovante et exclusive en VDI, positionnée sur le secteur très porteur de la cosmétique naturelle, du bio et des préparations maisons ou « Do It Yourself ».

Activité évolutive, la VDI telle qu’elle est envisagée chez Élixir d’Essences est sans contraintes et adaptable à vos besoins (activité principale ou complémentaire) comme au temps disponible. Elle propose un modèle modulable et des commissions attractives :

  • 25 % de remise commerciale sur le CA TTC sur toute la gamme Élixir d’Essences
  • 10 % du montant total TTC en produits gratuits sur chaque commande
  • Pas de quotas de ventes, ni de secteur géographique imposé ou limité
  • Des possibilités d’évolution permettant de devenir animateur / animatrice réseau puis manager
  • Pas de risque financier le premier kit étant disponible à partir de 15 € (réglable en trois mois)

Pensée comme une véritable communauté Élixir d’Essences accompagne chacun de ses membres d’un coaching personnalisé, et ce dès le 1er  jour de l’adhésion. Des sessions Skype sont organisées deux fois par mois et des formations à thèmes sont régulièrement mises en place en fonction des besoins exprimés.

Différents outils sont ensuite mis à disposition de nos conseillers / conseillères tout au long de l’année pour les soutenir et les récompenser : promotions, nouveautés, supports de communication, cadeaux, bons d’achats, challenges, espace online dédié…

Le régime fiscal du VDI

Imposition des revenus d’activité VDI Cosmétique

Le VDI Acheteur-Revendeur entre dans la catégorie du régime micro BIC lorsque son chiffre d’affaires annuel pour son activité d’achat-revente ne dépasse pas 82 200 € HT et, à l’extérieur de ce premier seuil, lorsque ses commissions éventuelles d’animation n’excèdent pas 32 900 € HT (pour les revenus de l’année 2016).

Ces seuils sont, sauf exceptions, réactualisés tous les 3 ans.

Le revenu imposable est déterminé après déduction d’un abattement représentatif de frais de 71 % pour l’activité d’achat-revente et de 50 % pour l’activité d’animation.

Aucun de ces abattements ne peut être inférieur à 305 €.

 

Pour la déclaration des revenus de l’activité VDI en produits cosmétiques et produits d’entretien faits maison

Pour sa déclaration, le VDI doit utiliser le formulaire de déclaration complémentaire de revenus 2042 C PRO « professions non salariées ».

Plus de renseignements : http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/R36751.xhtml

Le VDI Acheteur-Revendeur devra déclarer dans la catégorie « micro-BIC » sans déduire les cotisations sociales qu’il a payées personnellement à ces deux titres, par l’intermédiaire de l’entreprise :

  • son chiffre d’affaires dans la case 5KO (soit le total brut de ses recettes encaissées auprès du client et non pas sa marge)
  • ses éventuelles commissions brutes d’animation dans la case 5KP

La franchise de TVA pour la vente à domicile de produits de beauté et d’entretien

Tant qu’il reste dans les limites du régime « micro BIC », le VDI bénéficie d’une exonération de TVA appelée « franchise en base de TVA » et sous conditions, d’une exonération de la Contribution Economique Territoriale (CET) et plus particulièrement de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE).

En application de l’article 1457 du Code général des impôts, le VDI bénéficie d’une exonération totale de la CFE lorsque sa rémunération brute annuelle est inférieure à 16.5% du plafond annuel de la sécurité sociale, soit 6 372 € pour les rémunérations perçues en 2016, 6 277 € pour les rémunérations perçues en 2015, 6 195 € pour les rémunérations perçues en 2014 et 6 110 € pour les rémunérations perçues en 2013.

La rémunération brute annuelle qui est prise en compte est celle obligatoirement déclarée aux services fiscaux par le VDI. En application des articles 1467A et 1478 du même Code, les périodes de références prises en compte pour évaluer si le seuil est oui ou non dépassé sont les années N, N-1, N-2 pour les 3 premières années d’activité, et l’année N-2 pour les années suivantes.

Ainsi, le VDI en produits de beauté et d’entretien dont la rémunération au cours de la première année est inférieure à ce seuil, bénéficiera d’une exonération totale de la contribution foncière pendant un maximum de 3 ans même s’il a dépassé le seuil d’exonération au cours de sa deuxième et troisième année d’activité.

La déclaration de début d’activité POi pour le VDI en produits cosmétiques et produits d’entretien faits maison

 

Déclarer son activité de VDI cosmétique

Dans les 15 jours qui suivent la date à laquelle son activité est devenue habituelle au sens fiscal du terme (soit, en règle générale, dans les premiers mois suivant la signature de son contrat), le VDI doit effectuer une déclaration d’activité.

Ce formulaire est à remplir et à renvoyer au Centre de formalités des entreprises URSSAF.

Vous pouvez également remplir ce formulaire en ligne par internet à l’adresse suivante en cliquant sur « déclarer une formalité » : http://www.cfe.urssaf.fr/

Une fois le formulaire électronique envoyé, le dossier sera traité par l’URSSAF du domicile du VDI. C’est dans ce formulaire que le VDI, opte pour la franchise de TVA et le régime « micro BIC » (statut acheteur-revendeur).

Les VDI n’entrent pas dans la catégorie des « auto-entrepreneurs » créée par la loi du 4 Août 2008 pour la modernisation de l’économie. En effet, s’ils relèvent comme eux des BNC ou des BIC, ils ne supportent cependant pas les prélèvements fiscaux et sociaux libératoires effectués par le Régime Social des Indépendants (auquel le VDI n’est pas rattaché).